Publié le 27/05/2020

"Viens avec moi"

Du 4 jullet juqu'à mi-novembre 2020
Carroi-musée Chinon (37)

Avec les artistes : Julie Mansillon, Julie Ode Verin et Adrien Piard

"Viens avec moi" présente les oeuvres de ces trois artistes récemment installés à Chinon. La qualité de leurs oeuvres et leurs parcours professionnels nous ont menés à les inviter à exposer, ici, chez eux.

Julie Mansillon, Julie Ode Verin et Adrien Piard ont fait le choix de quitter les grandes agglomérations pour s'installer sur notre territoire qui mène depuis plusieurs années une programmation dédiée à l'art contemporain.

Nous sommes heureux de pouvoir les accueillir au Carroi, musée d'arts et d'histoire de Chinon. Gageons que ces nouvelles installations d'artistes en pousseront d'autres à nous rejoindre. 


Je souhaite savoir comment vous allez, et quelle place ont l'art et la création dans votre vie après ces trois premières semaines de confinement ?
 

JULIE MANSILLON : La création est un fil rouge, un horizon, dans ce quotidien de confinement plus largement consacré à des impératifs d'ordre matériels : les travaux dans l'habitat que nous occupons avec mon compagnon Adrien Piard.

JULIE ODE VERIN : Nous sommes aujourd'hui lundi, début de la quatrième semaine de confinement, je vais bien. Comme je vis seule à l'intérieur de mon atelier à l'année, j'ai l'habitude que ma vie quotidienne fasse entièrement partie du processus de création. Il comprend des temps lents de réflexions où je me nourris de références, où les choses et les matières prennent le temps de mûrir aussi, et d'autres d'une activité plus intense de production, ceci dans des périodes qui peuvent parfois s'avérer très précaires. Quelque part, il me semble que c'est aussi une chance en matière d'adaptation. Je n'ai pas ressenti la peur de ne pas savoir quoi faire ou comment occuper mon temps. Cependant, j'ai fait dû faire face, comme toute la population, au réel de l'accident, de sa gestion collective et tout ce qu'elle implique dans nos rapports humains et sociaux. Je pense que c'est un choc qu'il faut pouvoir penser en tant que tel. J'ai d'abord passé beaucoup de temps à lire des articles, recouper les informations, ça n'a pas forcément marqué d'arrêt dans mon travail, mais un besoin de recul et aussi la nécessité de replonger dans mes archives.
 
Nous sommes aujourd'hui lundi 11 mai, premier jour de déconfinement, je vais bien. La correction automatique de mon ordinateur me fait rire, elle ne reconnait pas ce mot "déconfinement" et le souligne par de petites vaguelettes rouges. Nous pouvons donc nous dire qu'un nouveau mot a fait son apparition dans le langage commun. A vrai dire, un peu comme mon ordinateur, je ne le reconnais pas vraiment non plus. Je m'y retrouve plutôt dans les vagues. Je me permets de t'envoyer une interview en deux temps. Tout d'abord parce que je n'avais pas fini de te répondre il y a un peu plus d'un mois et qu'il me semblait intéressant de croiser mes réflexions entre le milieu et la "fin" de cette période que j'ai vécu de manière assez agréable. La place de l'art et de la création n'ont pas lâché les lieux ici mais les projets que j'avais se sont transformés. Par exemple, j'ai trouvé une pratique quotidienne de la cueillette qui rentrera en compte dans l'exposition et qui est une continuité logique aux installations que j'avais prévu de présenter. Ces cueillettes ont accompagné le ralentissement du temps social par une observation plus profonde et un apprentissage plus élargi de mon environnement. Ce fut un temps précieux que je me suis accordée chaque jour et que je tiens à entretenir de la même manière par la suite. Aussi comme je l'avais exprimé, j'ai éprouvé le besoin de me replonger dans mes archives, d'y apporter un recul et de les travailler en tant que matière. Elles auront une place photographique et textuelle. Ce sont des choses que je n'avais pas prévu ou différemment avant que ce confinement ne survienne.

ADRIEN PIARD : J’ai, comme habituellement, peu de temps pour la création, entre mon activité de jardinier et d’« apprenti maçon » à la maison.

La suite de l'interview vous sera dévoilée en plusieurs épisodes jusqu'à l'ouverture de l'exposition au public. 

Renseignements

Carroi-musée
44, rue Haute-Saint-Maurice
37500 Chinon

Tel : 02 47 93 18 12
Fax : 02 47 93 40 90

Site internet

Page Facebook

Contacter par courriel

Voir la fiche du musée

Toutes les dates

  • Du 4 juillet au 15 novembre 2020
Toutes les dates Masquer les dates