Publié le 26/06/2014

Les animaux et la Grande Guerre

Du 14 mars au 28 septembre 2014

Les animaux et la Grande Guerre

Au-delà des hommes, la première guerre mondiale entraîna dans son sillage des millions d'animaux issus de dizaines d'espèces.Chacun songera d'abord aux bêtes réquisitionnées sous les drapeaux : pigeons voyageurs équipés de leur petit tube scellé franchissant les tirs d'artillerie pour délivrer leurs précieux messages, chevaux et mules tractant dans la boue des trains d'équipages ou de lourds canons, petits ânes écrasés sous la charge, chiens de garde, infirmiers ou estafettes parcourant les tranchées au milieu des gaz et des éclats d'obus.

 

Peu d'entre nous imaginent l'immense troupeau des boeufs, moutons, porcs, volailles, voués à une autre boucherie, celle destinée à nourrir les millions de soldats des armées belligérantes. Qui pensera aux dégâts collatéraux sur les animaux des fermes bombardées ou incendiées, ou sur les bêtes domestiques errant sans maîtres ?

Il est plus difficile de quantifier l'impact de la guerre de 14-18 sur la faune sauvage, que ce soit sur les premières lignes ou à l'arrière : mammifères marins et poissons tués par les ondes de choc de la guerre sous-marine, oiseaux de mer victimes des premières marées noires, autres oiseaux écrasés par les obus, asphyxiés par l'ypérite. Surprenantes seront les nouvelles confrontations entre les oiseaux et les premiers aéroplanes aux silhouettes inquiétantes de faucon, ou la découverte des ballons captifs et lourds zeppelins qui viennent envahir le ciel. Plus étonnantes sont les conséquences positives de la guerre sur les populations d'espèces comme le loup, ou d'autres espèces soudain moins chassées.

L'exposition Les animaux et la Grande guerre fait entrer un long cortège au muséum de Bourges. Cheminent ensemble, le canari qui prévient des attaques de gaz, l'éléphant lourdement chargé et le dromadaire monture des troupes sahariennes et du fameux Camel Corps. Flottent au milieu de cette procession des fanions et emblèmes aux figures animales, symboles des escadrilles aériennes ou des unités du train ou des chars. Elles accompagnent des mascottes (cigogne, lion, gazelle...) qui suivent les régiments ou la silhouette plus familière du chien ou du chat, compagnon du simple soldat, l'aidant à supporter un temps l'horreur du conflit. Il ne sera pas oublié non plus les plus petits et très intimes ennemis, le peuple des insectes (puces, poux, mouches) ainsi que les rats, partout présents eux aussi et profitant de ces années d'enfer.

L'exposition proposée jusqu'au mois de septembre présente des extraits littéraires, des photographies originales issues de revues d'époque ou des fonds des archives de l'armée, des audio-visuels, des animaux naturalisés et des documents historiques où chacun pourra tenter d'appréhender l'impact de la première guerre "moderne" sur les animaux et la nature.
 

 

Renseignements

Muséum d'histoire naturelle Gabriel Foucher
Les Rives d'auron
18000 Bourges

Tel : 02 48 65 37 34

Site internet

Page Facebook

Contacter par courriel

Voir la fiche du musée

Toutes les dates

  • Du 14 mars au 28 septembre 2014
Toutes les dates Masquer les dates