Publié le 31/05/2021

Florilège d'élégance

Du 5 juin au 3 octobre

Qu'est ce que je ne vois pas dans ce que je vois ?
Cette question devrait accompagner chacun de nos regards. (1)


La résidence de création que j'ai menée au Musée de la chemiserie et de l'élégance masculine d'Argenton-sur-Creuse correspond à un projet artistique dont l'enjeu est multiple : valoriser la mémoire industrielle de ce haut lieu de la chemiserie par le biais de ses collections en proposant un regard singulier susceptible de donner à cette richesse patrimoniale un nouvel essor. Ma démarche vise également à réactiver par là-même toutes les potentialités d'un langage visuel trop souvent bafoué et réduit à des automatismes simples et superficiels conditionnés par une pensée qui s'appauvrit de jour en jour.


Ainsi, mon travail ne s'assimile pas à un savoir-faire visant à réaliser de belles photographies des objets mais relève de la mise en place d'un processus exploratoire où mon attention est totalement tournée sur ce qui se joue là dans l'expérience, son déroulé, ses surprises et sur l'écart (2) susceptible de s'ouvrir entre objet et perception de l'objet dont une saisie photographique sera à même de faire émerger une situation inédite, de l'inouï (3). Tenter de dégager une vision inattendue d'une curiosité (4) c'est paradoxalement se détacher d'elle, de sa représentation première afin de l'aborder autrement, d'une manière plus intériorisée.


Ne plus brider la chose par ce que l'on projette sur elle. Laisser de côté -l'espace d'un instant- tout le poids de ce qui nous encombre en terme de connaissance, de pratiques, de mémoire pour se concentrer sur sa forme, sa matière, sa texture, la manière dont elle se déploie au contact de la lumière naturelle et comment elle est à même de se fondre dans ce corps d'ombre impalpable et insaisissable de ma photographie où réside la capacité de faire monter le mystère de l'espace.

Ma démarche vise donc à initier un mouvement de va-et-vient constant entre l'objet et la photographie de l'objet d'une part, entre les images entre elles, d'autre part. En situant le visiteur au coeur d'un ensemble de propositions visuelles, je l'invite à sortir de ses retranchements, de ses limites : se mettre en situation de lâcher-prise, libérer son propre
imaginaire, se laisser aller au ressenti... Les ressorts de ces rapprochements /confrontations sont infinis et les mots apparaissent fort
souvent impuissants à dire les évidences de résonance...

Tentons cependant de dire ces quelques mots -comme un chuchotement à l'oreille- tout en leur offrant la liberté de s'envoler très vite dans l'espace de manière à ce qu'ils ne se figent pas dans
notre esprit, laissant ainsi à l'image toute la puissance poétique de son déploiement multiple. Dans un premier temps, tronquer une certaine idée de l'élégance imposée par les canons de la
mode pour se rapprocher de la beauté de la vie... dans les plis. Casser une vision uniforme et stéréotypée pour faire exploser la blancheur d'un plastron ou révéler les creux d'ombre et les affleurements de lumière naturelle qui configurent autrement la chemise ou la veste. Faire le choix de les laisser apparaître dans leur nudité crue met en exergue leur aspect dégingandé, nous confrontant ainsi à une impression singulière, étrange voire troublante.

C'est à une vision toujours plus décantée que conduit mon travail. Un patron de confection n'est plus assimilé à un carton plat découpé servant uniquement de modèle mais peut prendre soudain de l'épaisseur et manifester une présence insoupçonnée en s'érigeant en véritable sculpture : forme ronde nouvellement fécondée qui se déploie dans l'espace de mon carré photographique. Le moule à béret qui se déploie en une forme dans l'espace crée une filiation secrète avec la sculpture d'Henry Moore, tout comme l'image révélée d'un ensemble de patrons de confection superposés évoque le cubisme.
Mon regard dégage l'objet de son assignation première et libère en lui d'autres ressources jusqu'alors enfouies qui se muent progressivement en d'autres champs des possibles. Les fers à repasser -dont l'usage impose d'être face contre terre- se dressent soudain, métamorphosés en stèles arborant leurs surfaces meurtries par le labeur mais oh combien vibrantes et fières, immortalisées dans la nuit noire de l'oubli...
Sous mon impulsion créatrice, Les poignets de chemise caracolent soudain dans un espace ouvert. Réminiscence de jeunesse du jeu de saute-mouton, évocation d'une chorégraphie, synonyme d'une énergie nouvelle ! Passage magique de l'engoncement à la libération ! Pluie d'étoiles imagée par un jet aléatoire de boutons sur mon fond noir photographique qui répond à ma vision d'une machine à laver transfigurée en coupole d'observatoire. Dans tous les cas, je mets le regardeur en situation d'être confronté à des ressources différentes et sans cesse renouvelées du langage visuel. A l'image du vent dans la pensée chinoise qui passe invisible tout en infléchissant le cours des choses, mes photographies sont animées par un mouvement, une énergie qui déconfine le regard et crée un effet d'expansion.


Hervé ROBILLARD
11 mai 2021

Conception
Commissaires de l’exposition
Nathalie GAILLARD
Attachée de conservation du Patrimoine
Directrice des musées de la CC Eguzon Argenton Vallée de la Creuse
Hervé ROBILLARD
Artiste-photographe


Le lieu
Le Musée de la Chemiserie et de l’Elégance masculine d’Argenton-sur-Creuse, ouvert en
1993, est installé dans une ancienne chemiserie. Au 1er étage, telles des devantures de
boutiques, on y découvre à travers l’histoire de la chemise, celle de l’hygiène, des grands
magasins et du prêt-à-porter, les chemises du monde et celles des créateurs
d’aujourd’hui… Au 2ème étage, dans l’atelier de fabrication de chemises, on y découvre le
travail et la vie des « chemisières » qui ont fait la renommée d’Argenton.


Le catalogue
A cette occasion, un catalogue de 24 pages en couleur a été édité.


Avec le soutien
Ministère de la Culture
Direction Régionale des Affaires Culturelles Centre Val de Loire
Projet artistique et culturel de territoire (PACT) financé par la Région Centre -Val de Loire
Conseil Départemental de l’Indre
Communauté de Communes Eguzon Argenton Vallée de la Creuse
Association des Amis du Musée de la Chemiserie

 

Renseignements

Musée de la chemiserie et de l'élégance masculine
Rue Charles Brillaud -
36200 Argenton-sur-Creuse

Tel : 02 54 24 34 69

Site internet

Site des Amis du musée

Page Facebook

Contacter par courriel

Voir la fiche du musée

Toutes les dates

  • Du 5 juin au 3 octobre 2021
Toutes les dates Masquer les dates

Dossier de presse "Florilège d'élégance"