Publié le 27/02/2018

Adélaïde Hautval

A partir du 20 février 2018

Adélaïde Hautval, TDR - ARCHIVES FAMILIALES

Selon Adélaïde Hautval elle-même, c'est «par une succession de circonstances plutôt curieuses» qu’elle fut arrêtée, internée, déportée par les nazis, et qu'elle fut celle qui dit non à Mengele.

En mai 1942, elle est arrêtée sur le quai de la gare à Vierzon alors qu’elle vient à la recherche d’une valise égarée. Pendant son interrogation, elle reprend vertement deux soldats allemands qui critiquent la France. Condamnée à une semaine d’emprisonnement à Bourges, elle prend la défense d’une femme juive, puis se fabrique une étoile jaune. Elle manifeste sa désapprobation lors du transfert des familles juives par la Gestapo au camp de Beaune-la-Rolande :
« Ce sont des gens comme les autres, laissez-les...» . « Du moment que vous les défendez, vous partagerez leur sort. »

Internée au camp de Pithiviers, puis dans celui de Beaune-la-Rolande, elle est témoin de l’arrivée massive des familles arrêtées lors de la rafle du Vel d’Hiv, puis de la séparation des mères et des enfants. Elle assiste comme elle le peut, depuis l’infirmerie, les enfants restés seuls. Elle sera le témoin de leur déportation. Transférée de la prison d’Orléans en novembre 1942, au Fort de Romainville, puis à Compiègne, elle sera déportée le 24 janvier 1943 à Auschwitz. Elle est affectée en tant que médecin au block 10 et refuse de participer aux expérimentations. En août 1944, elle est transférée à Ravensbrück. Elle reçoit en 1945 la Légion d’Honneur, et en 1965, la médaille des Justes qui vient d’être créée.
 

Renseignements

Cercil - Musée-Mémorial des enfants du Vel d'Hiv
45 rue du Bourdon-Blanc 45000 Orléans

Tel : 02 38 42 03 91

Site internet

Contacter par courriel

Voir la fiche du musée

Toutes les dates