Publié le 18/02/2008

Magie, astrologie et sorcellerie dans l'Antiquité

Si l'appréhension des phénomènes magiques, principalement à la lumière du chamanisme, reste chose malaisée et périlleuse pour les époques préhistoriques en l'absence de témoignages écrits, l'Antiquité fournit en revanche de multiples sources, littéraires et archéologiques, qui offrent à l'historien la possibilité de mieux cerner ce monde au-delà du réel.

Parmi ces documents, les tablettes de défixion (tabellae defixionis), chargées de mauvaises intentions et dont le Musée d'Argentomagus conserve plusieurs exemplaires recueillis dans l'aire culturelle de l'agglomération gallo-romaine, offrent le témoignage le plus répandu qui nous soit parvenu de la magie antique. Phylactères, papyrus et gemmes magiques, viennent également compléter l'éventail de nos sources dans ce domaine, tandis que de nombreux symboles prophylactiques, comme le masque de la Gorgone Méduse et les amulettes phalliques, constituent autant de "porte-bonheur" investis de vertus apotropaïques.

S'intéresser à l'histoire de la magie impose en outre de partir à la rencontre de ses praticiens, chamanes des temps anciens, magiciens et astrologues, sorcières, parés selon les époques de pouvoirs bienveillants ou diaboliques. L'étude de la botanique magique, connue grâce aux sources littéraires, nous révèle notamment l'usage que ces derniers pouvaient faire des philtres, onguents et autres potiions. Leurs facultés de prédiction s'expriment par ailleurs au travers d'objets comme la calotte astrologique récemment découverte à Chevroches dans la Nièvre, disque métallique présentant des inscriptions grecques qui correspondent aux mois égyptiens et romains, ainsi qu'aux signes du zodiaque. Vraisemblablement fabriqué à la fin du IIIe siècle ap. J.-C., cet objet, qui constitue à ce jour un témoignage unique dans le monde antique, serait un instrument de mesure permettant d'établir une carte céleste.

Implanté dans une région qui entretient des liens privilégiés avec l'occulte, le Musée d'Argentomagus se propose donc d'explorer, à l'occasion de cette exposition, un monde de croyances, certaines perpétuées jusqu'à nos jours, qui ont souvent joué dans le passé un rôle de modérateur dans les conflits opposant société et religion.

Renseignements

Musée archéologique d'Argentomagus
Les Mersans - BP6
36200 Saint-Marcel

Tel : 02 54 24 47 31
Fax : 02 54 24 11 70

Site internet

Site des Amis du musée

Page Facebook

Contacter par courriel

Voir la fiche du musée

Toutes les dates

  • Du 4 juillet au 23 décembre 2008
Toutes les dates Masquer les dates